Aujourd'hui cela fait déjà 16 ans que tu nous a quitté. Cette saloperie de maladie ta arracher à nous à un mois de tes 43 ans. Tes petits enfants ne t'ont jamais connus, et pourtant c'était ton rêve le plus cher. Je me souviens que quelque fois tu allais voir les chambres pour bébés espérant un jour être grand-père, mais le destin en a décidé autrement. Tu me manques terriblement mon papa chéri, et à l'heure ou j'écris ces lignes je ne peux m'empêcher de pleurer. Je crois même que plus les années passe et plus tu me manques. J'en veux terriblement à cette cochonnerie de maladie qui t'a fais terriblement souffrir et nous a rendu totalement impuissant. Tu ne m'as jamais dis ou même montré que tu m'aimais, mais je sais au fond de moi, que tu m'aimais terriblement. Il est vrai que pour un père ce n'est pas évident de montrer son amour, mais toi tu me l'as montré différemment en me surprotégeant, parfois même un peu trop, enfin c'est ce que je pensais à ce temps là. Mais maintenant que je suis maman, je comprends ta réaction. Tu ne voulais pas que j'ai de petit copain, car tu ne supportais pas que quelqu'un puisse me toucher. Et lorsque j'ai connu Boris je n'osais pas te le présenter par peur que tu ne l'accepte pas. Je me souviens lorsque tu étais malade et que Boris venait me voir, tu surveillais derrière la fenêtre. Et puis une des nombreuses fois ou tu étais à l'hôpital, et que je suis venue te voir, tu m'as dit pour la toute première fois, va retrouver ton copain, car je sais qu'il t'attends et moi je ne voulais pas car je voulais rester à ton chevet, et la tu as insisté. Alors je suis repartie en larmes dans les couloirs de l'hôpital. C'est des paroles que je n'oublierais jamais, tout comme ces souffrances que tu as vécu. Tu es parti si rapidement, fin avril tu es tombé malade et début juin le 6 plus exactement le jour de la fête des mères tu nous as quitté des suites d'un cancer foudroyant. Toi qui en avait si peur, de cette maladie, car ayant vu ton papa (mon papy) et ta maman (ma mamie) partir si jeune de cette maladie. Tout sa pour te dire que tu me manques terriblement, et que toutes ces années passées sans toi ont été terribles. Surtout à la naissance de mes enfants. Et pour te rendre un hommage j'ai décidé à la naissance de Maxence de lui mettre en deuxième prénom le tiens " Christian". Et oui tu nous a laissé tous les trois, maman, Sébastien et moi, mais crois moi je me bat chaque jour pour que tu sois fière de moi. Et je suis sûr que de tout la haut, tu es fière de ma réussite. Tout d'abord parce que j'ai épousé un mari merveilleux, avec qui tu te serais si bien entendu, parce qu'il est travailleur et bricoleur tout comme toi tu l'étais. Ensuite parce que j'ai eu deux beaux enfants dont tu serais très fier. Deux beaux enfants qui ont hérités de tes beaux yeux bleus, et ça tu ne peux pas t'imaginer comme j'en suis fière. Et pour finir malgré des années de galère, des années ou nous ne pouvions plus acheter de lait pour Morgane, parce que nous êtions dans la merde, des années ou maman avec son tout petit salaire nous a aidé et après ces années de galère nous avons réussis à créer notre entreprise, qui marche plutôt bien aujourd'hui. Et la je suis sûr que de tout la haut tu dois être extrêmement fier. Enfin tout cas  ces mots pour te dire combien je t'aime et combien tu me manques. Mais je fais en sorte que tes petits enfants ne t'oublient pas à travers ces photos. Je fais en sorte qu'ils pensent à leur papy, qui les aurait tant aimés et tant gâtés. Bref je fais en sorte qu'il sachent qu'ils ont un papy tout la haut qui les aiment et en est, j'en suis sûr très fier. Je fais en sorte qu'ils travaillent bien à l'école pour que tu te dises de tout la haut, "mon dieu ma fille est une bonne mère, comme je suis fier d'elle". Je fais tout ça pour toi papa et pour maman aussi. Tu lui manques terriblement et je sais qu'aujourd'hui plus particulièrement elle va mal. C'est avec les yeux pleins de larmes et de chagrins que je pense à toi aujourd'hui. Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai mon papa chéri.

Ta fille qui ne t'oublieras jamais et qui t'aime très très fort.